Accueil   .: 5 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.  ::  Recherche :.
  BARJON Family en Ligne  ·  Créer un compte Utilisateur  · Soumettre un article · Aide  
Activité du Site
Pages vues depuis 2003 : 4 218 523
Nb. de Membres : 54
Nb. d'Articles : 3 070
Nb. de Forums : 4
Nb. de Sujets : 31
Nb. de Critiques : 1

Top 10  Statistiques


  Les Brèves d'Octobre
  Posté le Tuesday 31 October 2017 @ 00:42:15

barjon écrit "
  • 31/10/2017
    La blessure faite par un ami, on la pardonne, on ne l'oublie pas. La blessure faite par un indifférent, on ne la pardonne pas, mais on l'oublie. (Eugène Marbeau)


  • 30/10/2017
    Qui ne voit pas la vanité du monde est bien vain lui-même. Aussi qui ne la voit, excepté de jeunes gens qui sont tous dans le bruit, dans le divertissement et dans la pensée de l'avenir. Mais ôtez leur divertissement vous les verrez se sécher d'ennui. Ils sentent alors leur néant sans le connaître, car c'est bien être malheureux que d'être dans une tristesse insupportable, aussitôt qu'on est réduit à se considérer, et à n'en être point diverti. (Blaise Pascal)
  • 29/10/2017
    L'hospice ?.... Maudit. Tout le temps avec des vieux. Qui s'encouragent à se décourager. Un pied sur terre, un pied de l'autre bord. Des boiteux. (Gilles Vigneault)
  • 28/10/2017
    Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les opinions qu'ils en ont. Par exemple, la mort n'est point un mal, car, si elle en était un, elle aurait paru telle à Socrate, mais l'opinion qu'on a que la mort est un mal, voilà le mal. Lors donc que nous sommes contrariés, troublés ou tristes, n'en accusons point d'autres que nous-mêmes, c'est-à-dire nos opinions. (Épictète)
  • 27/10/2017
    Quand un artiste ou un auteur se vante de gagner de l'argent, il nous avertit, sans y prendre garde, qu'il a changé de métier. (Abel Bonnard)
  • 26/10/2017
    C'est une belle application des sciences exactes que d'avoir su déterminer les dimensions de ce globe que nous habitons, et d'avoir fait de sa grandeur même le type invariable d'une mesure universelle , dont les subdivisions servent à arpenter nos champs, et les multiples pour évaluer les espaces célestes. (Jean-Baptiste Biot)
  • 25/10/2017
    Hé! que peut la raison sur un esprit crédule. (Charles Palissot)
  • 24/10/2017
    Les ratés expliquent toujours les réussites par des raisons qui les rassurent, jamais par le talent, jamais par le travail. Et quand ils parlent d'un artiste qui a réussi, il faut qu'ils le dénigrent. Ils parlent de son m'as-tu-vuisme, ou de son habileté à tirer les sonnettes, ou de son égoïsme, ou de sa pingrerie, ou de son mauvais caractère, ou de n'importe quoi, et colportent sur lui de grinçantes histoires, forgées de toutes pièces et par lesquelles ils essaient de le rabaisser. (Henri Perruchot)
  • 23/10/2017
    Le ciel et l'enfer sont deux grands poèmes qui formulent les deux seuls points sur lesquels tourne notre existence : la joie et la douleur. (Honoré de Balzac)
  • 22/10/2017
    Ce sont les marchands de champagne ou le patronat des mines qui subventionnent les équipes de professionnels... comme s'ils avaient quelque chose à se faire pardonner. (Paul Vialar)
  • 21/10/2017
    Je dois me gouverner selon une loi absolue: exprimer toujours la coupe la plus haute de la pensée de l'adversaire, tenant compte de ce fait que si cette pensée a été non seulement exprimée (le fou peut exprimer) mais entendue, c'est qu'elle contient, plus ou moins imparfaite, l'image de quelque chose d'universel. De simple. Donc de vrai. (Antoine de Saint-Exupéry)
  • 20/10/2017
    [...] presque tous les métiers sécrètent l'ennui à la longue [...] (Jules Romains)
  • 19/10/2017
    Solon gardait le silence à table. Pourquoi ne dis-tu rien? lui demanda Périandre: est-ce sottise? est-ce stérilité? Ne sais-tu donc pas, lui répondit-il, qu'il est impossible au sot de se taire dans un repas? (Solon)
  • 18/10/2017
    Le moi s'égare lorsqu'il croit saisir et maîtriser tous les ressorts de l'âme. Par conséquent, la tâche qui échoit à la psychanalyse est de lui enseigner que rien d'étranger ne s'est introduit chez lui. En invitant le moi à distinguer « psychique » et « conscient », Freud lui prescrit un singulier travail : « Rentre en toi-même profondément, et apprends d'abord à te connaître, alors tu comprendras pourquoi tu vas tomber malade, et peut-être éviteras-tu de le devenir. » (Jean-Marie Frey)
  • 17/10/2017
    [...] le mariage n'est ni un poison, ni un médicament. C'est une marmelade, une confiture, une friandise! (Carlo Goldoni)
  • 16/10/2017
    [...] pour saisir une œuvre d'art, rien n'est pire que la critique. Ils n'aboutissent qu'à des malentendus plus ou moins heureux. Les choses ne sont pas toutes à prendre ou à dire, comme on voudrait nous le faire croire. Presque tout ce qui arrive est inexprimable et s'accomplit dans une région que jamais parole n'a foulée. Et plus inexprimables que tout sont les oeuvres d'art, ces êtres secrets dont la vie ne finit pas et que côtoie la nôtre qui passe. (Rainer Maria Rilke)
  • 15/10/2017
    On ne devrait jamais perdre de vue que la femme et l'homme sont faits pour vivre ensemble un jour sur deux au bord de la mer. (Jean Louvet)
  • 14/10/2017
    Je ne me querelle plus avec les médecins; leurs sots remèdes m'ont tué; mais leur présomption, leur pédantisme hypocrite est notre oeuvre: ils mentiraient moins si nous n'avions pas si peur de souffrir. (Marguerite Yourcenar)
  • 13/10/2017
    Comme le soufflet sur la braise, certains aiment attiser les histoires ordinaires, pour qu'elles se compliquent, qu'elles se consument, et que naissent de petites flammes de désespoir, au-dessus desquelles ils ont plaisir à se frotter les mains. (Joël Egloff)
  • 12/10/2017
    Partout la méditation et l'étude sont nécessaires au bonheur; à la campagne, elles préviennent les langueurs d'une existence apathique et enseignent à comprendre le grand spectacle de la nature; à la ville, elles dispensent de ces vaines distractions qui ouvrent la porte à tant de dangers. (Ann Radcliffe)
  • 11/10/2017
    Ce que toute la raison ne peut faire, le temps et la paresse en viennent à bout. (Armand de Madaillan de Lesparre, marquis de Lassay)
  • 10/10/2017
    Il me faut être seule pour me rendre compte de moi-même et de tout ce qui m'entoure. Aussi ne puis-je rester avec toi. (Henrik Ibsen)
  • 09/10/2017
    [...] tout bon propriétaire est porté à exagérer les fautes des personnes qui font mine d'en vouloir à ses capitaux. (Auguste Villiers de l'Isle-Adam)
  • 08/10/2017
    Je vous accorde que l'écologisme est le nom moderne de l'obscurantisme. Je lis les écologistes militants. Je constate qu'en finissant par condamner toute violence faite à la nature, ils condamnent du même coup toute civilisation. Car la civilisation est toujours une violence faite par l'intelligence à la nature. (Louis Pauwels)
  • 07/10/2017
    Je pense qu'il n'est pas bon de trop économiser ce bout de chandelle qu'est la vie et que, si on a tort de le brûler par les deux bouts, il faut en garder au moins toujours un allumé. (Robert Escarpit)
  • 06/10/2017
    La vérité n'existe que voilée. Et le problème, ce n'est pas de soulever le voile, c'est de faire croire qu'il existe une vérité. Elle est multiple. La vérité ne doit être ni sacralisée ni instrumentalisée. (Éliette Abécassis)
  • 05/10/2017
    On donne souvent un tour si malin aux fautes que l'on critique dans les autres, que l'on ne serait pas si coupable de les avoir faites et de n'en point parler. (Étienne Coenilhé)
  • 04/10/2017
    [...] son sens véritable de la vie : la vie sans dignité. Être vivant suffisait à son bonheur. (Albert Cossery)
  • 03/10/2017
    [...] une bonne idée doit être simple sur le fond, ce qui ne l'empêche pas de prendre toutes les complexités imaginables dans la forme. Voyez la roue... (Bernard Tirtiaux)
  • 02/10/2017
    La philosophie n'est pas une discipline, c'est une puissance d'interrogation et de réflexion qui porte non seulement sur les connaissances et sur la condition humaine, mais aussi sur les grands problèmes de la vie. Dans ce sens, le philosophe devrait partout stimuler l'aptitude critique et autocritique, ferments irremplaçables de lucidité, et partout encourager à la compréhension humaine, tâche fondamentale de la culture. (Edgar Morin)
  • 01/10/2017
    La colère est comme l'alcool: à petites doses et de temps en temps, cela peut rendre service. (Robert Escarpit)


"


Liens Relatifs
  • En savoir plus à propos de Mieux vaut en rire qu'en pleurer
  • Article de barjon
  • Article de admin-jc

    L'Article le plus lu à propos de Mieux vaut en rire qu'en pleurer :
  • Les Brèves de Février

    Les dernières nouvelles à propos de Mieux vaut en rire qu'en pleurer :


    Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 



  • "Les Brèves d'Octobre" | Se connecter / Créer un compte | 0 Commentaire
    Seuil

    Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

     

    Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le reste @ barjon.net
    Ce site a été construit avec NPDS, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.